Twilight RPG
You have to be Imprinted by Twilight



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Petit moment - Edward Cullen -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Inactive
Sans Groupe
avatar

Nombre de messages : 97
Age : 26
Localisation : Dαns les brαs d\\\'Edwαrd
Date d'inscription : 15/01/2009

Identité
Niveau: 1
Centilitres:
15/15  (15/15)
Clan:

MessageSujet: Petit moment - Edward Cullen -   Sam 17 Jan - 19:55

La nuit était tombé depuis un bon moment. Les étoiles avaient commencé à envahir le ciel, et pour chacune d'entre elle, une petite lumière éclairait la planète bleu. Même si je vivais depuis plusieurs années , je ne m'habituais pas à ce spectacle si grandiosse. Ce moment précis ou tout les étoiles se donnent rendez-vous avez la lune , illuminait ainsi chaque particule de la forêt. Sous cette lueur naturel, toute la végétation de la forêt, semblait briller d'une certaine façon qu'il l'à rendait magique au moindre coup d'oeil, même si il était des plus bref.

Je marchais dans la maison, sur le bord des fenêtres, depuis quelques heures, en quête d'une occupation quelquonque. Depuis quelques temps, ma vie avait eu beaucoup de surprise. J'avais de plus en plus d'ocupation car Renesmé grandissait et elle demandait de plus en plus de temps. Elle voulait toujours l'attention. Pas que je n'aimais pas ça, au contraire j'adore passé du temps avec Nessie. Le seul pépin c'est qu'Edward et moi avons de moins en moins de temps ensemble. Bien sûr, il y a le temps ou nous le passions avec notre fille, mais sinon, de moins en moins .

Je n'éprouvais plus la fatigue, ce qui m'aidais à m'évader certains soirs. Je sortais à tout les soirs et ainsi je mangeais à ma faim, mais seulement quand j'avais soif, bien entendu. Ce soir, je n'avais pas soif. Je continua de parcourir l'entré des Cullen, en m'attardant sur chaque détail minime de la nature. Depuis ma rennissance, j'avais tout le temps d'observer chaque détail de la nature, ce que j'appréçiais beaucoup. Chaque détail, aussi petit sois-t-il, m'arrachais un sourire majestueux.

Quand chaque détail fut bien enregistré dans ma tête, et que je les fit revoir un par un dans ma tête plusieurs fois, je quitta mon poste d'observation pour me diriger vers l'immense salon. Je m'assis sur l'un des fauteuil de cuir noi qui ornait la pièce. La faible lumière qui pénétrait dans la pièce gigantesque, faisait briller ma peau comme des milliers de petits diamants. Ce spectacle m'amusait beaucoup car, quand j'étais humaine, cette facette d'Edward m'avait beaucoup fasciné.

Je m'étira pour attraper la téléommande. J'appuya sur le boutton '' Power '' . La télévision s'alluma prèsque instantanément. Je leva les yeux sur cette dernière. C'étais les nouvelles de Forks, de vieilles nouvelles. Quand il se passait quelque chose à Forks, c'était souvent très rare et sans importace la plupart du temps. Ja changea plusieurs fois de poste puis tomba sur une émission jeunesse que Nessie adorait. Mes lèvres se fendirent en un large sourrire lorsque je vit les passages que ma fille connaissait par coeur, à force de l'écouter.

Après quelques minutes d'écoute, je décida de ferme la télévision. Après tout je trouverais bien une autre occupation plus mature qu'écouter une émission pour enfant. Je me leva et entendis des bruits. Étant que quelques peu expérimenté en quéstion de mon nouvelle odorat, je ne devina pas tout de suite d'ou venait les bruits. Pour mon simple plaisir personel, je décida de parcourir toutes les pièces. La cuisine, personne. Je parcouris tout le 1e étage mais je ne trouvit rien du tout. Je mont à l'étage, rien du tout. Mais d'ou venait c'est bruits ?

Je redescendit au rez-de-chaussez. C'est à ce moment que j'entendis plus clairement les bruits à l'extérieur. Je poussa la porte d'entré principale puis ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petit moment - Edward Cullen -   Sam 17 Jan - 22:21

HS : Ceux qui n'ont pas lu les 4 livres, il y a des spoilers dedans !

- Délicieuse et fantastique nuit, quand tu me tiens, pimente-ma vie, pimente-mes rêves. -


Il était assez tard, pour tout humain ayant besoin d'une moment de repos pour être en forme. Pourtant, pour eux, il n'était qu'une heure de plus, ou de moins, selon le point de vue. Depuis quelques mois, la vie avait reprit son cours initiale et la monotomnie s'était peu à peu réinstallée dans le coeur des vampires. Cette nuit-là, ce fut pareil. Plus les secondes sécoulaient, plus la répétition des pensées et des gestes se faisait importante. Pourtant, ce n'était pas désagréable, loin de là.

Depuis quelques mois, il s'était passé une quantité en masse de choses assez surprenantes dans la vie du vampire aux cheveux cuivres. Le plus gros changement qu'il s'était oppéré, et le plus merveilleux qu'il pouvait lui arriver, c'était l'arrivé de Bella dans sa vie. Il y a avait, après, des évènements nouveaux et incroyable, mais pas tout aussi important. L'arrivé des loups dans leurs listes "d'amis " avait provoqué une nouveauté assez invraisemblable. Eux qui se détestaient de manière violente et complètement dérisoire, était maintenant amis et tous pouvaient comptés les uns aux autres. Après tout, il n'y avait que les idiots qui ne changeaient pas d'avis ! Après cette coopération des chiens, il y avait la seconde plus grande arrivée dans la vie d'Edward : celle de Nessie. La petite fille avait sucité beaucoup de haine au départ, mais qui s'estompa rapidement, lorsqu'Edward comprit. Renesmée n'avait aucunes envies de meutre envers Bella, et lorsqu'Edward comprit ça, tout son coeur, toute son âme, toute sa foie en avait subit les conséquences : il était follement et irrevoquablement amoureux d'elle. Nessie était sa vie, son coeur, c'était sa moitié, complétée par celle de Bella. C'était sa fille, à lui, bien à lui.

Après la naissance de Nessie, les choses s'étaient peu à peu compliqué, notamment avec l'affaire des Volturis. Edward avait souvent douté, et souvent il avait imaginé perdre ses deux plus précieux sens de sa vie, les deux femmes qui comptaient le plus pour lui. Mais tout va bien qui se finit bien. Il n'y avait pas eut plus d'affaire avec les Volturis, grâce à Alice, et rien qu'à elle. Bien qu'il ne disait pas souvent ses sentiments,là, il s'était prit à maintes reprises pour montrer sa gratitude envers Alice, il lui en devait beaucoup, et ça il le savait..

Toutes ces choses, donc, avaient été une distraction hors du commun pour un vampire ayant vécu un siècle de prospérité et calme. Durant un siècle, il ne s'était même pas imaginé qu'une seule personne puisse autant boulversé sa vie. Cette personne, c'était sa raison de vivre, maintenant. C'était sa vie. C'était son envie de vivre. C'était son sourire, ses pleurs, ses joies. C'était Bella.

Assis sur une marche en pierre au dehors de la maison, Edward regardait au loin, son regard divaguant au fur et à mesure que des pensées plus ou moins nettes lui parvenaient. Il venait de passer quelques temps dehors, maintenant 2 ou 3 heures, mais son attention était toujours aussi prise, tout autant par les habitants que par le vent qui murmurait à ses oreilles des tendres paroles plus ou moins douloureuses. Même les cris déchirants du vent lui parvenaient, ce qui montrer réellement que son pouvoir était bien plus important que d'autres.

Ses pensées, donc, étaient très prises par les gens de Forks, qui montrer une étrange habitude d'être si émerveillé par tout et n'importe qui...

Le bruit de pas dans la maison l'arrachèrent des pensées des gens, et il n'eut aucuns de mal à recconaître Bella. Bien qu'elle était gracieuse et plutôt silencieuse, elle ne restait tout de même qu'une nouvelle parmis les vampires, et son odeur ne pouvait en rien trahir ce qu'elle était. Son parfum était doux, frais, piquant à certains moment, mais tellemet agréable. Edward sourit, voyant que sa femme n'était pas si habitué à sa monotomnie de Vampire.

Au bout de quelques temps, il comprit que Bella avait détecté sa présence, en effet, Edward avait légèrement bougé, il avait juste replié ses jambes près de lui. Posant sa main froide sur le sol, il sourit voyant que Bella, trop jeune encore, ne pouvait pas tout de suite savoir où il était. Prenant une légère impulsion sur le macadame froid, Edward sauta pour attérir sur le toit de la maison. Ce fut à ce moment précis que Bella sortit de la maison, portant aux yeux d'Edward une image divine. Elle était resplendissante, magnifique.

Souriant, Edward s'assit sans ommettre le moindre son, regardant toujours d'en haut sa femme. Amusé par ce petit jeu, il se mit à chantonner sa chanson, celle qui avait fait battre les vibrations de la maison tout au long d'une période. C'était la chanson de Bella.
Revenir en haut Aller en bas
Inactive
Sans Groupe
avatar

Nombre de messages : 97
Age : 26
Localisation : Dαns les brαs d\\\'Edwαrd
Date d'inscription : 15/01/2009

Identité
Niveau: 1
Centilitres:
15/15  (15/15)
Clan:

MessageSujet: Re: Petit moment - Edward Cullen -   Sam 17 Jan - 22:46

Dès que je sortis, j'entendis un seul bruit, puis le silence suivit pendant plusieurs secondes. Je ferma la porte derrière moi. Étant humaine, je n'aurrais pas fait cela, j'avais trop peur des dangers qui habitaient Forks. Mais, depuis ma rennaissance, je ne les craignaient plus. Il était le derniers de mes soucis , présentement. Je fit un pas vers l'escalier qui dégagait une forte odeur. Une forte odeur d'Edward. Je me pencha vers celles-ci et inspira profondément en fermant les yeux. Même si je savais qu'il n'étais pas à mes côtés , son odeur me rassurait. Je me releva brusquement quand j'entendis sa voix, son ténor chantonner ma berceuse ...

Je referma brusquement les yeux et me laissa bercer par les douces vibrations de sa voix envoutante. Il exerçait un étrange pouvoir sur moi, il était fascinant et il me fascinait particulièrement. Je me retournit, toujours les yeux clos, et chercha d'ou pronvenait la douce mélodie. Il ne m'en fallut pas longtemps, car j'entendis un bruit sourd près de moi. Edward vennait de sauter du toit. Je ne rouvris pas les yeux tout de suite, j'attendis qu'il se rapproche. Quand je le senti tout près de moi, j'ouvris à moitier une paupière. Son haleine fraîche ma chatouilla les narines, puis ses lèvres embrassèrent les miennes. Il m'attira dans ses bras et je me colla contre son torse de pierre.

Quand je le repoussa finalement. Il me fixa de ses prunelles dorées, d'une façon étrange. Je ne pus que lui sourire encore plus. J'appuya ma tête contre son torse une nouvelle fois, enroulant mes bras autour de son cou. J'étais si bien avec lui. Il était ma moitié et rien ne pourra nous séparé. De nouveaux liens , beaucoup plus puissants que les précédents, nous unissaient désormais. Je n'en connaissais pas la puissance, mais je savais qu'il était très fort et que rien , même pas la mort ne pourrais le briser. Je leva les yeux vers lui, plantant mes prunelles , qui avait commencé à devenir de plus en plus dorés, dans les siennes.


- Tu m'as manqué Edward ...

À peine avais-je finit ma phrase qu'il déposa une nouvelle fois ces lèvres de pierres contre les miennes. Ce geste déclancha un frisson au plus profond de moi. Il le perçut surment car ses lèvres se fendirent en un sourire poli. Je le repoussa et lui fit une grimace comme une gamine, puis il me serra une nouvelle fois contre lui. Je mit blotit pendant plusieurs minutes. Il déposa un baiser au sommet de mon crâne et commença à me bercer. Et malgré mes attentes, il fredonna ma mélodie, ma berceuse. Je levala tête et passa ma main dans ses cheveux de bronze. Il s'empara de mes poignets, me forçant ainsi à danser. Avec ma rennaissance, j'avais appris à plus apprécier cela, mais je ce n'étais pas la chose préférée que j'aimais faire.

- Tu sais très bien que je n'aimes pas ça , Edward ...

Malgré mes avertissements, il continua a me faire tourner et me faire danser tranquillement. Je soupira et me laissa porter par ses mains . Il me prit dansses bras et me bonbarda de baisers sur le nez. Je me débatit mais il me retint dans ses bras de fer, et lui m'ébourrifa gentiment les cheveux. Avant qu'il ne recommence sa guerre de bisoux, je posa ma main sur ses lèvres. Je la retira pour constater qu'il sourriait . Son sourire était si parfait. Je lui rendit son sourire, même si je ne savais guère pourquoi il souriait. Je m'accrocha à son cou, même si je savais très bien qu'il ne m'échaperais pas. Il monta les marches et nous entrâmes à l'intérieur. La maison était belle et bien vide.

- Edward ?

ll me regarda, toujours avec le même sourire. Il ferma la porte et fit quelques pas dans la pièce avant de se retrouver en plein milieu. Toujours dans ses bras, je réclama pour redescendre, mais il ne ceda pas à mes caprices et ressera son étreinte autour de moi. Je fronça les sourcils et comme seul réponse il me bombarda de bisou. Je bloqua ses dernières tentatives de ma mais droites. Il me fit une sourire malicieux avant de déposé un long baiser, un vrai, sur mes lèvres froides.

- Je t'aime Edward
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petit moment - Edward Cullen -   Dim 18 Jan - 0:12

- Tu es ma vie, maintenant -

Son sourire ne faiblit pas contre les attaques intempestives de Bella. Celle-ci était forte, même violente lorsqu'elle le voulait, mais Edward savait qu'elle ne pourrait jamais devenir incontrolable sans raison, et là, il n'y avait aucunes raisons pour qu'elle se débatte autant, ils étaient ensemble et personne pour les déranger. Posant à quelques reprises des baisers désireux sur les facettes de son visage, Edward observa en silence sa femme. Ça faisait longtemps qu'il avait envie de pouvoir avoir une autre nuit avec elle, et l'attraction qu'elle jouait sur lui ne l'aidait pas à canaliser ses hormones masculins.

Bella regarda son créateur de façon un peu trop provocatrice pour lui. Celui-ci savait pertinemment que l'un désirait autant que l'autre, mais le faire dans cette maison n'était pas très convenable. Pour l'instant, lui, préférait profiter de sa femme, et préferer pouvoir goûtait à chaques secondes de sa présence. Bella était sa drogue, sa dose d'héro, d'ecstasie, de tout ce que les humains pourraient qualifiés de drogues dures, c'était une substance illégale qui faisait battre son coeur inerte. L'amour à ce degrès d'intensité n'avait jamais existé à ses yeux avant que tout les deux se rencontrent et que leur amour devienne un Roméo et Juliette des temps modernes, qui, à son bonheur, se finit bien.

Marchant au travers de la pièce, Edward embarqua Bella au première étage. Posant quelques fois des baisers furtifs sur ses lèvres. Trouvant le courage de prendre sur lui, vu qu'il avait quelque chose à lui montrer, il compressa Bella dans ses bras et lui lança des regards amoureux à tout bout de champ. Celle-ci n'avait pas vraiment l'air de comprendre ce qu'il faisait, et à maintes reprises elle lui demanda de s'expliquer sur le lieu où ils allaient. Un sourire aux lèvres, Edward se contente de hocher la tête de façon entendue comme si elle avait une réponse à ses questions.

Arriver au première étage, Edward lâcha Bella et la pressa délicatement contre lui. Il posa un doigt sur sa bouche, l'empêchant alors de parler et de commentait quelque chose, executant juste une pression sur le dos de la jeune femme pour la rapprocher encore plus. Penchant la tête, il accrocha son regard à celui de Bella, ses lèvres à quelques centimètres des lèvres fines de la jeune vampire. Il enleva son doigt pour pouvoir attrapper la main de son épouse. Caressant doucement le pouce, il s'approcha encore plus mais esquiva la bouche au dernier moment. Il etouffa un rire avant de poser ses lèvres sur l'oreille blanche de sa vampire.

Bella, impatiente, ne comprenant pas vraiment pourquoi il faisait tout ce cinéma, et légèrement insatisfaite de ce que venait de faire le père de son enfant, elle gronda et fronça les sourcils. Comprenant qu'elle ne devait pas parler, même si l'envie y était, elle se tut et regarda avec un ton léger d'amusement. Cette attente devenait trop longue, elle en voulait plus, tout de suite.

Edward la lâcha finalement, sourit du sourire en coin qu'elle aimait tant, et s'écarta. La regardant comme si c'était la première fois qu'il la voyait, il lui fit un clin d'oeil, joueur. Il partit quelques centièmes de secondes et revint juste après avec un bandeau tenu dans sa main droite. Il posa un baiser sur sa joue et il prit son visage dans sa main encore libre.

- Je t'aime Bella.


C'était un peu tard pour lui répondre ça, sachant qu'elle, elle l'avait dit légèrement un peu beaucoup plus avant. Sans crier gard, il posa fièvrement ses lèvres sur celles de Bella et prolongea le baiser de façon sensuelle et amoureuse. Avec Nessie qui grandissait à une vitesse lumière, ces gestes d'affections et de tendresses étaient plus rare et c'est ce qui rajouta du piment dans chaques baisers donnés.
Lachant son menton, Edward lui sourit de toutes ses dents et prit le bandeau des deux mains et le mit autour des yeux de Bella, très rapidement mais très doucement. Elle, comme il l'avait prévu, n'aimait pas du tout ça.

- Edward, que fais-tu enfin ?! Nous ne sommes plus des enfants !

Edward laissa échapper un petit rire moqueur avant de prendre à nouveau Bella dans ses bras, la serrant toujours de telle manière qu'elle ne s'échappe pas. Bella, qui ne l'entendait toujours pas de cette façon, gronda quelques fois et finit par bouder, n'aimant pas qu'il lui cache les choses de cette façon. Edward en profita pour poser délicatement ses lèvres sur les siennes. Marchant assez lentement, il s'approcha de plus en plus de sa chambre. Bella sentit l'odeur et fit une grimace. Pourquoi l'emmener t-il dans sa chambre ? Ils avaient un maison ! Pourquoi ici ? Et pourquoi maintenant ? Il était vraiment déroutant, celui-là !

- Si tu te calme pas, t'auras pas de surprise !


Toujours autant boudeuse, Bella, toujours aussi têtue, se renfrogna et bougonnea pour elle-même. Bien que la chambre d'Edward n'était pas très loin des escaliers, il prit tout son temps pour les ammener à destination. Ca faisait quelques temps qu'il restait dans sa chambren et il n'en avait parler à personne. De plus, il avait interdit l'accès à quiconque, et les bagarres entre Emmett et lui étaient souvent dûs au non-respect de l'amoureux de Rosalie.

A l'entrée de la chambre, Edward posa Bella, de plus en plus nerveuse. La retournant de façon à être face à face, Edward la couvrit de baiser les plus tendres qu'il pouvait donner. Posant sa main froide sur sa joue, il recula et regarda sa jeune femme aveugle pendant quelques instants.

- Attends moi là 2 secondes, s'il te plait.


Avant même que Bella puisse dire ce qu'elle pensait de tout ce trafic, Edward partit et revint. Lâchant une petite "pichnette" sur le nez de Bella, il la retourna et l'avança pour qu'elle entre dans la chambre, vu que la porte était déjà ouverte. Souriant à pleine dents, il appuia sur un bouton d'une télécommande qui se trouvait dans sa chambre, et la berceuse de Bella se mit en marche. Il avait exprès enregistrer la chanson lorsqu'elle était encore humaine, et il ne l'avait jamais détruit ou même "perdu accidentellement".
Toujours souriant, il enleva très lentement le bandeau que Bella avait autour des yeux. Celle-ci, face à la pièce, pu la contempler.

C'était toujours la même pièce, sauf que la peinture avait changer. Elle était d'une couleur bleu pâle, océan, allusion à la première fois qu'il l'avait fait , qui donnait l'impression d'aggrandir encore plus la pièce.
La pièce était rangée, et les armoires ne débordaient plus de cd ou de livres.
Le canapé plat qu'avait Edward auparavant n'était plus là, et toute la pièce avait été amménagée. Un canapé un peu plus classieux et douillé était au fond de la pièce, un canapé places pour trois.
Au sol, il y avait une partition, et c'était sans mal qu'on pouvait reconnaître la berceuse de Bella, vu que le jeune homme avait fait écrire " Bella's Lullaby" sur le sol, d'une écriture gothique. Au mur, il y avait pleins de poster, de photos et de peintures.
Les posters étaient ceux de groupes que les deux jeunes gens aimaient, et une affiche de Debussy - Claire de Lune était au dessus du canapé, une affiche du livre " Les hauts du hurlement" que Bella connaissait par coeur. Des photos des anciens amis du lycée, Mike, Jessica, Angela était affichaient les unes aux cotés des autres.
Le plus beau et le plus voyant était les peintures. Elles avaient été faites par plusieurs personnes, vu le style. Il y avait une dizaine de cadres, des portraits de Bella, Edward, Nessie, Jacob, Emmet, Rosalie, Jasper, Alice, Esmée et Carlisle. Il y avait aussi, le portait de trois personnes, côtés à côtés : Bella, Nessie, et Edward, formant une famille très unie et très chalheureuse, tout comme l'était cette pièce.

Cette pièce respirait la joie, la chaleur, la famille. La vie.

Faites exprès pour Bella.
Revenir en haut Aller en bas
Inactive
Sans Groupe
avatar

Nombre de messages : 97
Age : 26
Localisation : Dαns les brαs d\\\'Edwαrd
Date d'inscription : 15/01/2009

Identité
Niveau: 1
Centilitres:
15/15  (15/15)
Clan:

MessageSujet: Re: Petit moment - Edward Cullen -   Dim 18 Jan - 3:58

Quand Edward me retira enfin mon bandeau je découvris sa chambre. Enfin, sa nouvelle chambre. Elle avait été repeinte et redécoré avec un style que j’adorais. Je resta figé un long moment devant l’ampleur de l’extraordinaire changement qu’Edward avait confectionné. Plusieurs affiches et photos encadrés ornaient les murs bleus pâles. Je fis un pas dans la pièce et toucha le mur le plus proche, simplement pour vérifier que tout était bien réel. L’auteur de ce chef-d’œuvre étouffa un rire quand je palpa les murs, les photos, les cd et les livres. Le petite fauteuil noir avait été remplacé et ornait le fond de la pièce. Je me tournis vers Edward qui était accoter sur le cadre de porte, les bras croisé avec un sourire aux lèvres me regardait explorer la pièce avec émerveillement. Je lui fis un grand sourire et je courus sauter dans ses bras. Il ouvrit ses bras à la dernière seconde. Il me serra contre lui. Ses doigts, d’une douceur inouïe, parcourront le long de mes bras. Quand je releva la tête vers lui, ses doigts firent lentement le contour de mes minces lèvres, m’arrachant un sourire timide. À quoi pouvait-il penser, présentement ?

- Edward, à quoi penses-tu ?

Il fit un grand sourire. Il ne paraissait même pas surpris par ma question. Peut-être était-elle simplement trop stupide ? Je soupira. Je savais très bien que je n’aurais pas de réponse, ce soir. C’était surement ce sentiment qu’il ressentait lorsqu’il ne pourrait pas lire dans mes pensées. C’était frustrant oui, mais quand tu étais la personne ‘’victime’’, ce l’était beaucoup, beaucoup moins. Je me pressa encore un peu plus contre lui, comme si nous ne formions qu’un seul corps. La musique de ma berceuse jouait en répétition dans le lecteur CD. Soudain, Edward commença à fredonner cette dernière, à mon plus grand étonnement. Il me berça au rythme des notes, à mon plus grand plaisir. Mes lèvres se fendirent en un sourire énorme, même gigantesque, comparé aux précédents. L’attente en avait valu la peine.

Quand la berceuse fut terminé je me décolla d’Edward et me dirigea pour faire pause sur le lecteur CD. Je senti qu’il s’approcha de moi. Le seul muscle qui bougea sur moi ce fut mes lèvres qui s’élargissaient encore plus pour former un magnifique sourire. Il enroula ses bras autour de mes hanches et déposa son menton sur mon épaule. Je me retournis et l’embrassement passionnément. Je le vis sourire à plusieurs reprises. Il me plaqua contre le mur. J’étais prisonnière de ses bras, c’étais bien le seul endroit sur terre ou je voudrais être prise pour le reste de mon éternité. Il me pressa contre lui de plus en plus. Et moi, je n’eu même pas besoin de respirer, j’étais comme lui à présent. Et ça , pour l’éternité. Rien ne pourrait nous séparer. Rien ne pourrait briser ce moment parfait. Absolument rien.

Ce fut à mon tour de sourire. Je le poussa vers l’arrière. Il doubla la passion de notre baiser pendant qu’il reculait, ne prenant même pas la peine de voir ou je l’amenais. Il me fit tourner et cette fois, ce fut lui qui conduisait mes mouvements car c’était moi qui reculais. Je trébucha, et il trébucha avec moi, sur le lit, qu’il avait gardé. Il me rappelait tellement de souvenirs. Comme mon humanité par exemple, ou cette fameuse soirée où j’avais revu Edward … Le lit s’accordait parfaitement avec le reste du décor parfait. On aurait pu dire qu’il avait été acheté en même temps que tout le reste ou qu’il avait été prévu pour concorder avec ce décor fabuleux.

- Edward, a quoi penses-tu ?

Dis-je entre deux baisers. J’étais très têtu et il le savait que je ne lâcherais pas prise. Il ignora ma question, comme la dernière fois. Je laissa tombé, mais seulement pour maintenant. Je passa ma main dans ses cheveux et au passage, faisait de petits tours, comme pour fabriquer des dizaines de boucles minuscules. Je caressa ses joues, son cou, puis son dos, en faisait des mouvements circulaires. Ces gestes lui arrachaient des frissons de plaisir, et j’en était bien consciente. Je continua mes manœuvres. Il grogna à plusieurs reprises, c’étais surement une habitude qu’il avait gardé lorsque j’étais humaine. Je ne fis guère attention à ses avertissements, et je redoubla mes attaques, ajoutant de plus en plus de passion.

Avec L’aide de son pied, il exécuta un geste gracieux et fit céder mes jambes. Presque instantanément, je me retrouva sur le dos , avec le visage d’Edward à quelques centimètres du miens. Son haleine fraiche chatouillant discrètement les narines. Il me contempla longuement et je lui fit un grand sourire. Je dessina moi aussi le contour de ses lèvres et lui aussi me fit un grand sourire. Je déposa un baiser sur ses lèvres et quand je voulu le rompre, il le prolongea. Il passa ses mains dans mes cheveux puis, il enroula ses bras autours de mon cou, ce que je fit à mon tour.


HJ : Désolé , un peu court.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petit moment - Edward Cullen -   Dim 18 Jan - 16:51

- Ne t'arrête pas, non, pas maintenant.-

Quel moment, quel magnifique moment. Ca faisait longtemps qu'Edward n'avait pas ressentit ça, et le manque qu'il avait épprouvé pendant tout ce temps n'était que renforcer à cet instant. Il savait pertinemment que ils ne devaient pas le faire, pas maintenant, pas ici.
Se dégageant de Bella, qui ne frénait pas dans ses élans amoureux, Edward arrêta un baiser violent que Bella était sur le point de lui donner. Leur passion n'avait pas de limites, et Edward en était certain. Si il commençait à faire ça ici, il ne finirait pas avant quelques jours. Le jeune homme regarda sa femme, soumise à lui, dans les yeux avec un regard vraiment amoureux. Doucement, il se dirigea vers le front de la jeune femme et y déposa un très long baiser. Il sourit, du magnifique sourire en coin avant de se retirait complètement, enlevant son corps collé à celui de Bella, qui était surprise de la retenue dont faisait preuve son mari.
Celui-ci regarda sa femme, triste et gêné. Il ne savait pas comment lui dire, peur de la vexer sans doute.

- Bella, tu sais..


Mais ses paroles furent stoppés nettes par Bella, qui s'était relevé très rapidement pour plaquer ses lèvres fermes sur celles de son époux. Elle ne comprit pas tout de suite ses intentions, et c'était sans doute pour cette raison qu'elle s'était acharnée à le pousser à bout. Les baisers redevinrent violent et les pauses entre deux se firent de plus en plus rares. Bella avait déjà commencé a arraché à moitié son haut, et à la vue du corps blanc de sa femme, Edward fut pousser par une monter d'adrenaline qui fit qu'il prit violemment les bras de sa femme et la jeta sur le lit, fermement, ne la laissant pas s'échapper. Il lui mordit les lèvres, la lobe de l'oreille. Il laissa même achappé un soupire de bien-être. Toutes les pensées de Forks ne lui parvenaient plus, et son esprit était libre et très vide. Au bout de quelques minutes de passion fusionelle, Edward arrêta les caresses et les baisers qu'il aimait tant. Il ferma le poing, et sauta très loin de Bella, comme la première fois où ils s'étaient embrassés. Il devait stopper net, sinon ils ne s'arrêteraiten plus.

- Bella, il interrompit sa femme de la main qui s'apprêttait à venir à lui et lui donner un avant gout de ce qu'elle lui réservait, je préferais que cette pièce, et que cette maison restent en vie..


Il regarda sa femme, se dirigeant soudain vers la chaine stéréo, conscient que si il regardait sa femme, couchée sur le lti, il aurait du mal à resister. Il s'arrêta devant le lecteur et y sortit le cd déjà installé avant. Après un petit repérage de ce qu'il voulait, il prit du bout des doigts un autre cd et le mit délicatement dans le lecteur. Ses mains tremblaient à moitié, vu que le jeune homme était très frustré. Un petit soupire de mécontentement se fit entendre de la part de Bella, et Edward esquiça un sourire. Il n'en attendait pas moins.

- Si tu veux, on ira chez nous plus tard. J'aimerai juste passer du temps avec toi, maintenant. Tu m'as vraiment manqué, Bella.


Il se retourna lentement, un air sérieux sur son beau visge, après un instant de silence, la musique de Debussy se mit en route, Claire de Lune se jouait derrière lui.
Il passa une main dans ses cheveux, les désordonnant comme il avait l'habitude de faire. Il regarda par la fenêtre, et un rayon de lune passa à travers. Suivant la direction de la lumière, Edward s'arrêta au même endroit que celle-ci : sur le visage de Bella.
Celle-ci, éclairée par la lumière de l'astre, était magnifique, superbe, et une bouffé de chalheur envahit Edward. Il savait qu'il était complètement fou de cette ancienne humaine, mais il ne savait pas à quel point cette amour avait des limites.
Se rapprochant d'elle, il s'assit à côté, la regardant de ses yeux dorés, il plongea son regard dans le sien. C'était un moment divin. Il se rapprocha d'elle et la prit dans ses bras, lui bloquant l'accès pour fuir. Il posa un baiser délicat et doux sur son épaule, et sa voix chanté se fit entendre, un roucoulement plutôt.

- Tu es tellement belle. Tu te rends compte qu'avant ces 3 dernières années, je n'avais même pas songé que tu puisse exister ? Je t'aime tellement. Je ne sais pas ce que je deviendrai sans toi. Et honnêtement, j'ai pas envie de le savoir. Même si on à l'éternité pour nous... Je ne veux pas gâcher une seconde.


Il fit une pause, tournant légèrement la tête de Bella pour qu'ils puissent mieux se voir. La lune brillait toujours sur son doux visage, et Edward n'en était pas moins le meilleur spectateur. Un tel instant se devait d'être vécu au mieu, et c'et ce que fit Edward.

- J'ai une question à te poser, il fit une pause, sa surreté habituelle s'étant évaporée,Le jour où tu m'as vu pour la première fois, à la cafétaria, je n'ai jamais su ce que tu pensais. Pourrais-tu me le dire, rien qu'une fois ?


Sa voix enchanteresse se finit par un petit rire discret, moqueur qui viser à se moquer de la propre stupidité d'Edward. Attendant une réponse, Edward écouta la chanson qui se propageait dans toute la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Inactive
Sans Groupe
avatar

Nombre de messages : 97
Age : 26
Localisation : Dαns les brαs d\\\'Edwαrd
Date d'inscription : 15/01/2009

Identité
Niveau: 1
Centilitres:
15/15  (15/15)
Clan:

MessageSujet: Re: Petit moment - Edward Cullen -   Lun 19 Jan - 3:59

Les résistances d'Edward me frustrèrent, mais quand il me donna ses explications et ses raisons je ne pus pas résister. Je ne poussa qu'un soupire de mécontentement. Après avoir mit le CD sur lequel contenant la chanson '' Clair de Lune '', Edward vint me rejoindre, à mon plus grand soulagement. Je me blotti dans ses bras et le fixa un long moment, comme pour le faire changer d'idée, mais il ne céda pas, évidament. Je soupira une nouvelle fois et ferma les yeux. Je ne les rouvris que quand Edward me posa une quéstion, une quéstion qu'il m'avait souvent posé, mais que je n'avais jamais vraiment répondu. C'était surement pour ça qu'il me l'a posait aussi tard.

- Tu sais , tu me façinait tellement ! Tu était tellement beau, tellement parfait .. Tu étais si différent, toi et ta famille, des autres élèves. Vous marchiez du grace incroyable , mais vous me mangiez pas. C'était très intriguant de vous voir. Tout vos traits étaient parfaits, vous étiez d'une blancheur prèsque macabre. Jessica me parlait de vous comme si vous étiez des dieux inaccessible. Vous sembliez sortir d'un conte de fée dont vous étiez les personnages principales. Mais , je me suis posé 3 fois plus de quéstions quand tu as commencé à me regarder, de cette façon . Je me demandais pourquoi tu étais comme ça avec moi, qu'est-ce que j'avais bien pu te faire pour que tu adoptes un tel comportement avec moi . Voilà, c'est tout.

Il fixait un point sur le mur. Je suivis son regard et découvris qu'en réalité il ne fixait rien, il penssait et j'en était sur. Pendant quelques secondes j'eu peur de l'avoir vexé. Mes illusions changèrent rapidement quand il se retourna vers moi et me lança un de ses regard. Ces regards dont il avait le don de me faire craquer. Ce regard si amoureux. Si ses bras ne m'aurraien pas gardé prisonnière, je lui aurrait sauté dessu. Je me rapprocha de son visage et embrassa son orreil en soufflant des '' Je t'aime '' à plusieurs reprises. Il cèderait bien un jour ou l'autre. Je redescendit me blotir dans ses bras et au passage éffleurant son cou de mes lèvres glacés. Il frissonna et moi je sourris malicieusement.

La chanson de Clair de Lune acheva quand je ferma les yeux. Elle recommença de nouveau , quelques secondes après. J'étais si bien avec Edward. Il était, est et sera toujours ma vie. Quand j'était humaine, je me réveillais chaque matin que pour lui. Il enssollaiyait les journées les plus pluvieuses de ma vie et gommais mes souçis. Je n'aurrais pas pu rêver mieux que lui. Il m'avait apporté que bonheur, dès la seconde ou je l'avais vu. Son visage hantait mes pensées. Il était chacune d'entre elle, chacun de mes gestes, de mes désirs. Il était mon destiné et personne ne pourrait L'arracher de ma vie, ma merveuilleuse vie. Tout était si simple avec lui, il était ma moitié. Il me comprenait et me connaissait parfaitement, surment mieux que ma mère même. C'était pour ces raisons que j'avais décider de l'épouser, de devenir Bella Cullen.

ll me tira de mes merveuilles pensées en posant doucement ses lèvres sur ma paume de main. Il joua avec ses mains habiles, sur le bout de ces-dernières. Je me défit de l'emprises de ses doigts parfaits et les fits glisser le long de ces avants-bras. Je fit des petits dessins dans le creux de son coude. Je me retounit vers lui et me coucha sur lui en enfouissant ma tête dans le creu de son épaule. Il renferma ces bras dans le bas de mon dos et moi autour de son cou, retenant légèrement ses épaules. J'embrassa le creu de son cou à plusieurs reprises et je le vis même jusqu'à sourire quelques fois. Il murmura quelques mots à mon oreille qui me fit sourire gentiment.

Je me releva quelques peu , après quelques minutes pour examiner son visage. Il affichait quelque chose de mystérieux que je n'arrivai pas à déchiffrer. Je planta mes yeux dans ses prunelles et il ne changea pas d'expréssion. Il gardai toujours la même. Je déposa tranquillement mes lèvres sur les siennes. Nous prîme soin de contrôler nos ardeurs, mais en vain, notre baiser devint plus longoueux ce qui fit mon grand bonheur. Il m'avait bien préciser plutôt qu'il ne voulait pas aller trop loin, mais c'était ma façon de passer du temps avec lui. Je savais très bien que lorsque nous retournerions chez nous, Renesmé serait surment là. La passion doubla, et non à cause moi. Il semblait avoir oublié ses paroles. Je du avoué que cela me plaisait car, oui je passais du temps avec lui mais, j'avais gagner, je savais qu'il céderait et il l'avait fait.

Je du faire appel à une force inhumaine pour ne pas lui arracher sa chemise. Je suis sur qu'il faisait exprès, qu'il faisait tout pour être aussi parfait, aussi désirable. Malgré mes efforts et ses regards d'avertissement, je lui arrachis et la lança au sol en moins d'une seconde. Il mit fin au baiser et me regarda longuement. Je lui fit un regard malicieux , mon regard brillait d'une lueur de plaisir. Qui est-ce qui avait dit que je ne pouvais pas , moi aussi le provoquer. À chaque fois qu'il voulait rajouter un mot à mes caprices, je posais mon index sur ses lèvres en ajoutant un '' Chut ! '' à chaque fois. Et pour chaque fois, ses lèvres affichaient un large sourire.

Puis, subitement, il cessa ses tentatives et déposa des milliers de baisers sur mes lèvres. J'ébourriffa tranquillement ses cheveux de bronze en éffleurant son front de pierre à chaque fois. Je l'aimais bien mon Edward, mais j'adorais le voir me réprimander. Je me releva un peu et fit rouler mes doigts sur son torse nu. Je dessina le contour de ses muscles parfaits. J'embrassa son cou jusqu'à son nombril. Il soupira quand je vint me réfugiez dans son cou mais, ses caprices ne durèrent pas et il redéposa ses lèvres sur les miennes, brusquement. Je passa mes mains dans ses cheveux et enroulèrent de nouveaux mes bras autour des siens. Je lui fit mille et une caresse , ne stopant jamais notre baiser des plus passionné.Il retira tranquillement ses lèvres des miennes à mon plus grand mécontentement. J'avais l'impréssion d'être une humaine à nouveau, car il résistait à mes intentions.

- Edward Cullen,
grognais-je, je t'interdis de me résister ce soir. C'est le seul soir ou j'ai le droit de t'avoir juste pour moi, moi et seulement moi. Alors ne fait pas le gamin veux-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Petit moment - Edward Cullen -   Lun 19 Jan - 21:58

- Je ne te résisterai pas, non. Mais ne me forces pas.-

Les paroles que Bella avait émises quelques secones auparavant étaient assez douloureuses pour le jeune homme, parce que ça avait été la seule période de sa vie où il avait vraiment voulue sa mort. Il murmura un " Excuse-moi" qui lui arrachait un petit hoquet, il était vraiment mal à la pensée de cette période qui lui avait contraint de partir, de l'éviter, de s'enfuir. Il avait eut un geste instinctif de la serrer dans les bras et de s'assurer qu'elle était là, de ne plus croire qu'elle était partit, loin de lui.

Bella ré-entreprit les baisers passionés et violents, que Edward eut du mal à écarter. En étant fou d'elle, il ne pouvait que se soumettre à ses voeux et désirs. Il ne pouvait pas résister, il la voulait trop, mais pourtant, une part de sa conscience lui disait de ne pas le faire, ici en tout cas. Il aggripa rapidement les épaules de sa femme et y poser un baiser chaud et sans retenu. Dans un soupire d'aisance de sois-même, il se laissa aller, il arracha le haut de Bella pour qu'ils soient à égal, et tout deux se retrouver maintenant sans haut, Bella avait juste un soutif qui mettait les sens d'Edward encore plus en éveille.

" Bella, tu me rends fou."


Ses bras étouffaient le corps de Bella sans que celle-ci ait besoin de souffle, Ses lèvres arrachaient des soupirs exquis à la demoiselle, et murmures étaient des caresses pour les oreilles de la jeune fille. Ce moment, devenu si rare depuis quelque temps, était vraiment sublime, tout était parfait. La pièce, la musique, l'ambiance...Eux. Ils aillaient ensemble comme on assemble des légos, ils étaient fait l'un pour l'autre, et leurs ébats amoureux étaient loin de dre le contraire. Chaque pacerelle de leurs corps s'unissaient à la perfection, et on pouvait même se demander comment ils avaient fait pour résister à cet attirance physique aussi longtemps.

D'un geste incontrôlé, Edward lança violamment la télécommande de la chaine Stéréo directement dans celle-ci, ce qui eut pour réaction d'arrêter net la chanson qui se déroullait depuis quelques temps en boucle. Edward ne prêta qu'une intention minime, préférant largement se préocupait du haut de la poitrine de sa femme. Mais il savait que c'était toute la maison qui risquait de finir comme ça si ils ne se controlaient plus, et c'était toute la maison qui risquerait d'en baver si Bella ne cessait pas de pousser son mari à bout. C'était de sa faute, tout de même ! C'était elle qui se jetait comme une harpie sur Edward et qui le menaçait de lorsqu'il voulait rester intentiné raisonnable. Mais comment lui en vouloir, en même temps. Edward comprenait parfaitement ses envies et ses pulsions, et il était à des années lumières de lui reprocher quoi que ce soit. Depuis quelques jours, Edward n'avait cesser de courir à droite à gauche pour remercier les vampires qui étaient venus en aide lorsque les Volturis étaient venus, et Bella elle devait s'occuper de Renesmée qui prenait beaucoup de temps.
Certes, il y avait Jacob, mais c'était normal qu'une mère veuille s'occuper de son enfant elle-même, surtout que l'enfance de Renesmée risquait de s'auppauvrir rapidement.

Edward était aussi reconnaissant envers Jacob que les vampires. Il n'en avait pas fallu de peu pour que les Volturis ne s'arrêtent pas pour tous les déchirés, et la venue des loups avait en grande partie aidé les vampires à confontrer leurs disciples diplotiquement. Même si les pensées d'Edward n'étaient pas centrés sur Jacob, une part de lui, enfuie tout au fond, lui était reconnaissant de bien des façons, et ça, à tout moment de son éternité. Jacob était devenus comme son frère et il faisait partie intégrante de sa vie maintenant.. Même si Edward n'avait jamais imaginé ça.

Dans une dernière pensée raisonnable, il pensa à Carlisle, Esmée, Rosalie, Emmet, Jasper..et Alice. Ce n'était pas romantique de penser à eux dans un tel moment, mais la raison était toujours là. Il ne voulait pas voir la tête des 6 personnes lorsqu'elles reviendraient, se retrouvant à la rue puisque leur maison n'était plus qu'une ruine. Dans un dernière élan d'intelligence, et non d'amour, une idée pas très ingénue peut être, mais une idée, lui arriva. Edward donna un baiser passioner et fougeux à sa femme avant de se retirer. Il se leva et regarda sa femme couchée, les sourcils fronçaient, qui s'impatientait sans doute de ses refus maintenant habituels. Il était debout, torse nu, les rayons de la lune tappant sur sa peau faisant de lui un cristal vivant. Ses yeux dorés, entourés de passion, fixer avec amusement le corps vivant qui était allongé sur le sofa. Le jeune homme laissa un silence s'imposait, et lorsque Bella arriva à bout, et qu'elle s'apprêtait à insulter vivement Edward et ses sauts d'humeur, i la fit taire de la main, un sourire large et sincère aux lèvres.

" Attrape-moi."


Sans attendre la moindre réponse de la part de sa femme, Edward se dirigea très rapidement vers la fenêtre qu'il ouvrit à la voler et s'enfuit, dans la nuit blanche et tumultueuse qui s'offrait à lui. Ce fut sans s'arrêter qu'il rejoignit leur endroit, leur nid : la Clairière.


Suite à la Clairière : lien > http://imprinted-twilight.forumactif.com/la-clairiere-f60/quand-l-instant-magique-est-sur-le-point-d-arriver-bella-swan-cullen-t120.htm#817
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petit moment - Edward Cullen -   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit moment - Edward Cullen -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit moment de répit
» Un petit moment de réconfort
» Petit moment de détente || Libre
» [TERMINÉ] I fall in love with you every single day. - EDWARD.
» La cafét'?Un petit moment de détente.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight RPG :: Zone RP :: Forks :: Maison des Cullen-
Sauter vers: